Sélectionner une page

La vie d’une entreprise, d’une startup, d’un entrepreneur lui-même, c’est une combinaison de hauts et de bas. Comme les montagnes russes ! Pour orienter sa stratégie et affronter les obstacles, rien de tel que les valeurs professionnelles. Celles-ci découlent directement des valeurs personnelles des cofondateurs et vont définir l’entreprise. La question mérite d’être posée : comment diriger une entreprise si le business model n’est pas en accord avec ses valeurs ? Comment se traduisent ces valeurs ? A quoi servent-elles ? C’est ce que nous allons découvrir aujourd’hui !

La culture d’entreprise, un pilier incontournable

Les valeurs, c’est un ensemble de codes, d’impératifs, de désirs, qui régissent tout projet, entrepreneurial comme de vie. Dans le monde professionnel, elles permettent de définir une culture d’entreprise. Un exemple ? Le Bon Coin. Ses cofondateurs ont fait du pragmatisme un leitmotiv. Ils ont recruté des personnes « concrètes », qui étaient prêtes à tester des idées rapidement et efficacement. Pas de place pour la réunionite aiguë ! Résultat ? Le Bon Coin est un succès, grâce à un site fonctionnel avant d’être esthétique !

Pour aller plus loin, la culture d’entreprise permet donc de :

  • Se différencier de la concurrence ;
  • Déterminer le profil des professionnels à recruter ;
  • Générer de la croissance pour l’entreprise.

Un impératif cependant : tous les acteurs de l’entreprise doivent en partager les valeurs, des fondateurs aux collaborateurs en passant par les investisseurs. Ces derniers prennent en effet part aux décisions qui concernent l’entreprise ; ils doivent donc être dans le même état d’esprit pour ne pas prendre le risque de « frustrer » le reste des troupes !

Des valeurs pour survivre aux situations compliquées

Bien sûr, avoir des valeurs fortes lorsque tout va bien, c’est facile. C’est quand les difficultés se présentent qu’avoir des valeurs prend tout son sens. En orientant les décisions stratégiques, elles servent de « boussole » pour les entrepreneurs. Elles doivent d’ailleurs constituer les bases du pacte d’associés !

La preuve par l’exemple : Michel et Augustin, les valeurs et le recrutement

Ouverture d’esprit, différenciation, valorisation de cette différence… les valeurs de la marque Michel et Augustin sont connues et reconnues. L’un des fondateurs, Augustin Paluel-Marmont, le dit lui-même : « J’ai décidé d’être heureux et je souhaite qu’il en soit de même pour mes salariés. » Ce qui impacte jusqu’au recrutement des salariés : lors des entretiens, en effet, on y parle « aventure », « tribu de trublions »… et pas « plan de carrière » ou de « Où vous voyez-vous dans 10 ans ? ». Ce jargon propre à leur organisation contribue à créer une culture d’entreprise. Les dirigeants utilisent, par ailleurs, des outils pour un recrutement par affinité, et des sites de cooptation comme Keycoopt. De quoi sortir un peu plus du schéma traditionnel de l’embauche !

Résultat ? Cette méthode basée sur les valeurs a des effets positifs sur l’engagement des collaborateurs, leur efficacité et leur envie de partager des moments hors du milieu professionnel : « Nous nous côtoyons souvent en dehors du travail car il existe une entente naturelle entre nous, témoigne ainsi Charlotte, responsable des contenus vidéos chez Michel et Augustin. Cela vient du fait que le recrutement est pointilleux, que l’on possède des valeurs communes et que l’on se retrouve sur plein de choses : sport, goût de l’effort, sympathie, joie de vivre… »

Une association, c’est une aventure humaine avant tout. Il est donc important de bien se connaître et de partager des valeurs fortes. C’est à la fois la clé du succès, et un facteur d’identité pour l’entreprise !

 

Partager :