Sélectionner une page

« Au revoir, au revoir président… ». Les chiffres sont formels. 40 % des employés qui ont démissionné en 2013 l’ont fait moins de six mois après leur entrée en fonction*. Un tiers des employés qui viennent d’être embauchés s’en ira dès le prochain semestre. Pire encore, près de 6 employés sur 10 quitteraient leur poste s’ils en avaient la possibilité. C’est un fait : à l’instar de la génération Z, la génération Y ne voit pas le monde de l’entreprise comme ses aînés. « Elle sait que l’entreprise ne pourra pas lui offrir ce qu’elle avait promis à ses parents : le confort psychologique et matériel de se projeter sur le long terme », explique ainsi Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project. Mais quelles sont les raisons qui poussent les collaborateurs à s’en aller ? C’est l’objet de notre dossier du jour. Bonne lecture !

Le manque de reconnaissance et de valorisation

C’est LA raison qui pousse le plus les collaborateurs à partir alors qu’ils viennent tout juste d’arriver dans une entreprise. Selon une étude réalisée par Forbes, lorsqu’on demande aux employés les raisons qui les ont poussés à démissionner, 79 % d’entre eux pointent « un manque de reconnaissance comme la raison principale de leur départ ».

La génération Y se distingue de la précédente par une envie de s’engager dans une entreprise avec laquelle elle partage des valeurs. Dans laquelle elle se sent valorisée. Dont elle a l’impression de participer au développement. Lassées par le manque de reconnaissance, les nouvelles générations n’hésitent plus à s’en aller sans demander leur reste, pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs !

Un management inadapté

Autre cause importante de départs de collaborateurs qualifiés : le management. 50 % des employés citent ainsi spontanément leur manager comme raison de leur départ, selon un sondage réalisé par Gallup. « Les gens ne quittent pas leur emploi, ils quittent leurs managers », dit d’ailleurs l’adage !

Or, les managers sont les garants de la cohésion d’équipe, des valeurs qui composent l’entreprise et qui comptent tant aux yeux des membres des générations Y et Z, et des idées véhiculées. Si les cadres dirigeants peinent à insuffler leur leadership et leurs visions, les employés auront tendance à remettre en cause leur légitimité… avant de partir pour de nouveaux horizons. #sorrynotsorry

Une mauvaise ambiance au travail

Près d’un quart des employés affirment que leur bonheur est davantage lié aux relations avec leurs collègues qu’avec leurs managers directs. Eh oui ! Une bonne ambiance, c’est la garantie d’une bonne implication des salariés et d’un stress largement diminué. A l’inverse, les conséquence d’une ambiance délétère peuvent être catastrophiques : absence de coopération, travail toxique, stress, perte de confiance en soi, repli, peur du jugement… Ce que ne supporteront pas longtemps les meilleurs collaborateurs, qui s’en iront purement et simplement !

La peur de ne pas pouvoir évoluer et/ou se développer personnellement

Là encore, la preuve par les chiffres :

  • 59 % des employés impliqués et épanouis dans leur travail sont moins susceptibles de chercher un emploi dans une autre entreprise dans les 12 prochains mois ;
  • 87 % des « millennials » affirment que le développement personnel est important pour eux…

Vous l’aurez compris : la génération Y est celle qui souhaite avant tout élargir ses compétences et ses connaissances. Elle veut se sentir utile. Que son travail ait un sens. N’oubliez pas de former vos collaborateurs, de proposer des MOOCs, de développer les compétences — un peu comme chez Michel et Augustin, où les salariés ont l’opportunité de préparer un CAP pâtissier. Sinon ils s’en iront très vite, trop vite !

Un salaire insuffisant

Plus de 4 employés sur 10 envisagent de postuler à un autre emploi, dans une entreprise différente, contre une augmentation de 20 % ou moins — ils sont plus de 54 % dans ce cas pour les moins impliqués, contre 37 % pour ceux que l’on considère comme impliqués. Bilan : plus l’implication est forte, moins l’argent est important. Vous n’avez pas la possibilité de faire comme le PDG de Gravity Payment, qui a fait passer à 5 500 euros le salaire minimal dans son entreprise ? Compensez par d’autres avantages : remboursement des frais de transport, tickets restaurants, formations… Tentez de vous renseigner sur les salaires pratiqués par la concurrence : il vous faudra être un minimum cohérent !

Une trop grande rigidité

Selon une étude menée par EY, 74 % des travailleurs veulent travailler « avec plus de souplesse ». Ce qui signifie : des horaires flexibles, du télétravail, la possibilité de partir en formation… Eh oui, nous en avons un peu parlé dans le paragraphe précédent : les avantages en nature comptent autant que les avantages pécuniers !

Google et Ubisoft, deux exemples inspirants pour favoriser la rétention des employés

Chez Google, les collaborateurs ont la possibilité (c’est inscrit dans le contrat de travail !) de consacrer 20 % de leur temps de travail rémunéré pour développer un projet personnel, en rapport ou non avec leur job. Côté Ubisoft, des systèmes spécifiques de travail à distance, en accord avec le manager, ont été mis en place afin de respecter l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Et si vous tentiez l’expérience au sein de votre entreprise ?

Votre défi en tant que responsable RH ou manager ? Vous adapter aux exigences des différentes générations. Les dernières, les fameuses Y et Z, aiment le changement, veulent se former en continu, et se sentir en confiance. Gardez en mémoire ce que dit Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project : « L’ambition professionnelle a changé. Plutôt qu’aller haut et vite j’irai à côté, je cumulerai les expériences de vie aussi différentes soient-elles, pourvu que je « kiffe » intensément, je construirai un chemin de ces boules multicolores et en ferai une histoire qui aura du sens : le mien. Je serai entrepreneur de ma vie professionnelle. »

C’est donc à vous de leur donner ce qu’elles cherchent pour avoir une chance de les garder parmi vous, booster leur créativité et les aider à s’épanouir. Comment ? Restez connecté(e) au blog d’Entr’UP : nous vous proposerons bientôt un article consacré à l’importance de l’équipe dans la rétention des collaborateurs !

*Source : Equifax Inc, agence de crédit à la consommation

Partager :